L’éducation en Corée du Sud donne lieu à une véritable compétition dès le plus jeune âge. En effet, pour pouvoir s’assurer une place dans une grande entreprise du pays comme Samsung, Hyundai (aussi appelée chaebol), les jeunes coréens travaillent énormément. Des journées qui commencent avant 8h et finissent souvent autour de minuit soit 50 h par semaine d’études par semaine en moyenne.

Samsung dong , quartier des instituts privés à Séoul

Petite introduction à l’éducation en Corée du Sud

 L’école est obligatoire à partir de 5 ans mais elle peut commencer plus tôt avec des établissements préscolaires  à partir de 3 ans. Les élèves en élémentaires commencent déjà à être jugé sur leur niveau. En effet, les surdoués peuvent directement rentrer au primaire (environ 10 000 cas par an). Les autres élèves sont séparés en deux niveaux, niveau normal et niveau pour élèves doués qui continuera tout au long de leur scolarité. En arrivant au collège beaucoup d’élèves ont déjà 2 ou 3 ans d’avance sur leur scolarité.

Après le primaire, le système éducatif est divisée en deux parties:  les écoles moyennes (l’équivalent du collège) puis le lycée. Les écoles moyennes sont partiellement gratuites et accessibles par tirage au sort (lottery system). Les lycées sont payants et l’entrée se fait par examen et tirage au sort. Quant aux lycées les plus prestigieux, ils ont leurs propres examens d’entrées. 

Les conditions d’entrées dans l’éducation supérieure sont déterminées à 40% par les résultat sen anglais, mathématiques et coréen durant sa scolarité au lycée. Un examen préliminaire est réalisée pour orienter les élèves  vers les établissements de leur niveau. Enfin les universités réalisent leur propre examens d’entrées pour remplir leur nouvelle promotion.

Des journées chargées avec peu de loisirs

l'éducation en corée du sud

Les journées des élèves débutent avant 8h du matin et se finissent généralement vers minuit. C’est en grande partie dû aux hagwons (instituts privés) où les jeunes coréens vont après l’école pour continuer d’étudier. Ces instituts sont coûteux mais plus les frais sont élevés, plus les chances d’atteindre l’établissement visée est garantie. Cela n’effraie pas les parents qui dépensent en moyenne 800 $ par mois dans le soutient scolaire pour leurs enfants. L’école se finie ers 15h et les cours particuliers aux  hagwons commencent de suite après. Ils se finissent vers 22h et les élèves continueront de travailler jusqu’à minuit pour pouvoir faire leurs devoirs où une dernière révision.

La scolarité coréenne est reconnue dans le monde pour son efficacité. Barack Obama en parlait comme un modèle que les Etats-Unis devraient suivre. Enfin, la Corée du Sud est souvent en tête du classement international du Programme international pour le suivi des acquis (PISA).

 

Une scolarité qui pousse vers l’étranger

l'éducation en corée du sud

Tout le long de leurs études, les coréens apprennent des langues étrangères. L’anglais, mais aussi le japonais et parfois même le français. Cet apprentissage des langues étrangères  ainsi que la pression de ne pas pouvoir atteindre une des 3 meilleures universités du pays (Seoul University, Korea University, Yonsei University) pousse de nombreux coréens à entreprendre leurs études supérieures à l’étranger. La Corée du Sud est le 4ème pays à envoyer le plus de ses citoyens étudier à l’étranger avec plus de de 150 000 étudiants. Avec près de 80 000 étudiants coréens au Etats-Unis, la Corée représente la 3ème communauté d’étudiants.

Les coréens commencent à développer un intérêt pour la France avec près de 6500 étudiants coréens en France par an notamment pour les études en art, design, fashion, commerce. 

VOUS ETES UNE ECOLE/ ETABLISSEMENT FRANCAIS ET SOUHAITEZ RECRUTER PLUS D’ETUDIANTS COREENS ? CONTACTEZ- NOUS SUR contact@dareasia.com !