Bien que les marques de luxe s’avèrent être généralement très onéreuses, elles sont en fait vendues en Chine à des prix allant parfois jusqu’au double que celui réalisé en Europe. Les taxes sur ces produits les rendent souvent inaccessibles aux chinois qui ont tout de suite trouver une solution à leur problème : les Daigous.

Qu’est ce qu’un Daigou ?

Un Daigou est un voyageur qui met à profit ses vacances ou son séjour à l’étranger pour acheter des produits de luxes, en bénéficiant de la détaxe, afin de pouvoir les revendre à leur retour en Chine. Leurs clients sont souvent des connaissances, amis ou membres de la famille qui profitent de l’excursion de leur proche pour s’offrir un ou plusieurs jolis cadeaux. D’où un avantage prépondérant : un prix incomparable à ceux que l’on trouve dans les rayons des boutiques chinoises. De plus, grâce à la différence de prix non négligeable, c’est l’opportunité pour ces fameux Daigous de prendre une marge sur chaque vente et ainsi satisfaire à la fois leurs clients et eux-mêmes. Ils sont souvent perçus comme des « intermédiaires » entre la marque et le client final, ou encore des « personal shoppers » qui font les magasins pour vous.

 

Pourquoi la Corée du Sud ?

Malgré une baisse du nombre de touristes Chinois en Corée, le pays du matin calme s’étonne de voir ses ventes en Duty Free augmenter. Une seule alternative envisageable  : les Daigous. La Corée du sud est notamment connue pour ses larges gammes de cosmétiques. D’ailleurs,  les consommateurs chinois en raffolent et c’est une des raisons principales de la présence des Daigous dans le pays. A première vue, l’existence de ces revendeurs était une bonne nouvelle pour la Corée. En effet, une forte diminution de touristes chinois couplée à l’interdiction de tourisme de groupe chinois en sont les causes principales.De fait, Les Daigous permettraient d’assurer un certain niveau de visites vers Séoul et maintenir les ventes en Duty Free

 

Quelles conséquences ?

Les marques de luxes  ne voient pas l’arrivée des Daigous de manière très positive. En effet, la plupart d’entre elles pensent que ces revendeurs chinois ternissent l’image des marques en leur donnant un aspect plus abordable et facile d’accès, atteignant gravement leur unicité. De plus, lorsque ces touristes chinois revendent leurs produits dans leur pays, les acheteurs craignent souvent la contrefaçon. Ceci ne peut que faire défaut aux marques qui luttent contre le fléau de la contrefaçon, ne faisant aucun bien à leur image. Pour éviter ce silo, la marque coréenne Amorepacific a même mis en place une limite dans le nombre de produits achetés par un seul consommateur. Entre revenus importants en Duty Free et atteinte à l’image des marques, la Corée du Sud se pose des questions. Ce qui est certain, c’est que la demande reste élevée et les Daigous ne sont pas décidés à mettre fin à leur business dans le pays du matin calme.

 

 

VOUS ÊTES UNE ENTREPRISE ET VOUS SOUHAITEZ ACCROÎTRE VOTRE VISIBILITÉ AUPRÈS DES VOYAGEURS CHINOIS ? VOUS POUVEZ NOUS JOINDRE VIA : CONTACT@DAREASIA.COM