LES START-UPS OCCIDENTALES À LA CONQUÊTE DE SHANGHAI

 

Shanghai est depuis quelques années déjà, l’un des pôles mondiaux pour les start-ups innovantes. Ainsi, en juin 2015, le gouvernement municipal de Shanghai annonçant d’ailleurs des nouvelles politiques publiques pour encourager les start-ups et ce dans le but de faire de Shanghai un centre d’innovation technologique d’envergure internationale d’ici 2030. Shanghai est allé plus loin encore en validant des politiques pro-innovation et devant encourager les jeunes du monde entier à démarrer leur affaire dans ce qui se veut être la capitale des start-ups.

 

Comment Shanghai devint l’une des régions les plus attractives pour le secteur entrepreneurial mondial

Une harmonisation entre forces du marché et sphère politique

L’écosystème shanghaïen des start-ups a explosé ces dernières années, notamment grâce à la politique pro-active du gouvernement municipal et au considérable investissement en capital des sociétés et entreprises dans le secteur.

En janvier 2016, Shanghai a introduit un plan de compensation des risques pour les investisseurs providentiels dénommé « Provisional Measures on Managing Shanghai Angel Investor Risk Compensation » (Mesures Provisionnelles pour la Gestion de la Compensation des Risques pour les Investisseurs Providentiels à Shanghai). Le but de ce plan de compensation est d’indemniser lesdits investisseurs jusqu’à hauteur de 60% pour les pertes subies à la suite de l’échec d’un investissement d’amorçage dans les start-ups technologiques basées à Shanghai.

Une ville fière de son cosmopolitisme

La qualité de la vie, un quotidien entouré de hautes-technologies et la dimension international de la cité attire de nombreux étrangers afin de développer leurs affaires à Shanghai. De nos jours, les diplômés chinois venant de tout le pays peuvent facilement obtenir un permis de résidence de deux ans dès lors qu’ils disposent de plans de développement de start-up ou qu’ils ont déjà lancé leur entreprise. Il est néanmoins plus difficile de trouver des statistiques exactes sur le nombre d’entrepreneurs étrangers mais l’on sait qu’ils sont déjà 564 dans le seul district de Yangpu qui est une zone de démonstration majeure pour l’entreprenariat à grande échelle et l’innovation à Shanghai.

Un grand réseau de start-ups

  • L’Entrepreneurs’ Organization (EO) de Shanghai :

Fondée en 1987, EO est un catalyseur permettant aux entrepreneurs d’apprendre plus rapidement à maîtriser leur positionnement sur le marché et assurer leur croissance afin de pérenniser leur activité. Il y a actuellement 93 partenariats à Shanghai.

  • Startup Grind Shanghai :

Startup Grind est une communauté de start-up globale dont le but est d’éduquer, inspirer et relier les entrepreneurs. Cette communauté organise et participe régulièrement à des événements dans plus de 200 villes réparties dans pas moins de 85 pays. De tels événement sont bien sûr l’occasion d’accueillir des entrepreneurs locaux ayant réussi, des innovateurs et des investisseurs ; à titre d’exemple, la branche de Shanghai a dernièrement réuni 2680 membre sur Meetup.

 

Deux exemples de réussites caractéristiques du monde des start-ups à Shanghai

Baopals: plateforme d’affaires en ligne

Développée en 2015 par Charlie Erickson, Tyler McNew et Jay Thornhill qui décidèret de résoudre les problèmes d’achats en ligne rencontrés par les expatriés sur Taobao et Tmall, Baopals est la première plateforme facilitant l’accès des étrangers aux grands noms du commerce en ligne chinois (Taobao et Tmall) en résolvant les problèmes liés au paiement et les barrières linguistiques.

Cette plateforme ne se contente pas de mettre à disposition des clients plus de 800 millions de produits proposés par les sites Taobao et Tmall puisqu’elle les réarrange afin de répondre aux goûts occidentaux.

Il est possible pour les clients de directement faire ses achats en ligne depuis l’application WeChat qui ne requiert que d’indiquer une adresse d’expédition. Le paiement se fait instantanément et sans encombre par simple connexion directe au porte-monnaie WeChat. Enfin, en cas de questions, l’équipe Baopals (qui est l’équivalent anglophone des services clients de Taobao et Tmall) est très facilement joignable puisque connectée sur WeChat.

FLX Bike : des vélos électriques de pointe

Fondé en 2015, FLX Bike ne procède à ses ventes de vélos électrique qu’en ligne. En 2016, la start-up réussit à lever 1,71 millions de dollars de fonds lors de sa première campagne de financement participatif (crowdfunding) pour des précommandes. Avec le but affiché pour la start-up de devenir la Tesla des vélos électriques, ses fondateurs, Briton Pete Leaviss et Rob Rast ont choisi Shanghai pour y installer leur siège social. Néanmoins, avec plus de 3000 vélos vendus en 2017, ils n’ont nullement perdu de vue que le marché principal est bel est bien l’Occident… pour l’instant. D’une part, Leaviss commente que l’atmosphère plus détendue et occidentalisée de la perle de l’Orient profite aux entreprises puisqu’elle attire un vivier de talents plus jeunes et plus branchés « qui n’ont pas peur de faire bouger les choses ». D’autre part, le succès de FLX Bike indique clairement que les start-ups ont toujours un intérêt à développer leurs projets et à s’implanter à Shanghai même si leur cible n’est pas le marché chinois en lui-même. Pour FLX Bike en effet, Shanghai aussi est un marché potentiel pour les vélos de haut-de-gamme.

 

Les perspectives futures de Shanghai

Les entrepreneurs se montrent très optimistes en ce qui concerne l’avenir de Shanghai et ses prétentions en tant que capitale mondiale des start-ups. Elle offre déjà à voir une ville-monde qui s’ouvre pleinement sur les nouvelles technologies et l’innovation ; optique qui est largement partagée par les investisseurs privés et le gouvernement qui soutiennent conjointement cet environnement favorable aux étrangers.

 

VOUS SOUHAITEZ CRÉER VOTRE START-UP À SHANGHAI ? CONTACTEZ-NOUS SUR CONTACT@DAREASIA.COM