Possédant la connexion internet la plus rapide au monde et une très bonne couverture du réseau (jusque dans le métro !), les coréens passent le plus clair de leur temps sur la toile via leur smartphones, notamment sur des sites de shopping en ligne.

Pourquoi se casser la tête à se déplacer au supermarché pour faire ses courses lorsqu’il est possible d’acheter via son téléphone et de se faire livrer gratuitement le jour-même. Les coréens l’ont compris et ils peuvent non seulement faire leurs courses en achetant fruits et légumes frais, viande, céréales,… mais également se faire livrer des plats préparés, se fournir en équipement ménager, acheter des vêtements, des billets de cinéma, de concert, des voyages à l’étranger, etc. Les coréens peuvent désormais tout acheter en ligne et l’achat de ces produits via des sites ou application en ligne se fait au quotidien. Le consommateur a juste à mettre les articles dans son panier et payer en un clic pour recevoir sa commande le jour-même ou le lendemain avec un service de livraison gratuit ou à un prix faible.


UN RECORD DE VENTES ATTEINT EN 2018

Les coréens ont dépensé 8,36 milliards de dollars sur internet en Mars 2018. Il s’agit d’un nouveau record depuis les 8,79 milliards dépensés en Janvier, et donc une hausse de 20,1% depuis l’année dernière.

Cette hausse est due en grande partie à l’augmentation des livraisons de plats préparés. Les coréens peuvent se faire livrer de la nourriture à n’importe quelle heure et n’importe où. Il est donc fréquents de voir des livreurs de « Chimaek » (Poulet + bière) au fleuve Han, de se faire livrer une pizza chez soi à 3h du matin ou encore des nouilles sautées dans un parc au milieu de Séoul. La livraison est bien entendu gratuite et rapide.
De nombreuses applications ont été lancées par des chaînes de restauration et des services de livraison de nourriture. Cela a entraîné un bond de 74,5% des livraisons dans cette catéorie. Il est souvent moins cher de commander ou manger dehors, que de cuisiner soi-même.

Ce nouveau record peut également être expliqué par les achats de produits ménagers qui ont augmenté de 41,6%. Il y a eu une explosion de vente des purificateurs d’air dû à la pollution et aux particules fines.

La Corée du Sud est actuellement le 7e plus gros marché du e-commerce et devrait dépasser le Japon et le Royaume-Uni d’ici 5 ans, pour devenir le 3e marché après les Etats-Unis et la Chine.

UN SERVICE CLIENT IRREPROCHABLE

L’objectif des entreprises est de satisfaire complètement le client. Ils se doivent de proposer un large choix de produits, de faciliter l’achat en simplifiant le paiement et de promettre des livraisons rapides.

Le client peut choisir l’heure et le lieu de livraison qu’il souhaite. Cela peut être à son travail, au rez-de-chaussée au niveau des boîtes au lettre, devant sa porte ou n’importe où ailleurs. Si le client n’est pas chez lui, il peut demander au livreur de le poser devant sa porte, ce qu’il fera avant de prendre une photo du colis déposé. Si le client a des bébés qui dorment et qu’il ne veut pas que le livreur sonne, alors il frappera à la porte.

Concernant les retours d’objets, ils sont gratuits, rapides et faciles. Il n’y a pas besoin de boîte,  ni d’emballage, de facture ou de bon à imprimer. Le client a juste à déposer l’objet devant sa porte et le livreur viendra le chercher dans les heures qui suivent. Il reçoit ensuite directement son remboursement.

Si les livraisons et les retours sont aussi rapides et peu chers, c’est en grande partie parce que la population coréenne est concentrée dans les grosses villes. Cela permet à plus de 99,5 des commandes d’être livrées dans les 24 heures par l’entreprise Coupang.

La concurrence est rude entre les sites de ventes en ligne. Résultat : les prix sont très bas, le service client est amélioré et les délais de livraisons sont rapides. Il est donc difficile pour les entreprises étrangères, à l’instar du géant américain Amazon, de pénétrer le marché très concurrentiel de la Corée du Sud.

Cependant, le canal de l’e-commerce peut être une grande opportunité pour les importateurs. Les achats de produits étrangers ont grimpé de 20% par rapport à l’année précédente pour atteindre les 596 millions de dollars. Ceci est expliqué par une demande croissante de produits différents et peu chers.

L’EXEMPLE DE COUPANG

Souvent surnommé le « Amazon coréen », Coupang est une entreprise qui n’existe que depuis 8 ans mais qui est florissante et populaire auprès des milléniaux. Le site a généré plus de 3 milliards de dollars de vente en 2017 et gagne des parts de marché au fil des années.

Bom Kim, le fondateur et PDG de Coupang, insiste sur le concept de « end-to-end » qui consiste à réduire le stress du consommateur dans le but dans faciliter l’achat et le retour des produits.

En outre, après avoir réalisé que la moitié des plaintes de ses clients concernait les délais de livraison, l’entreprise a décidé de lancer son propre système de livraison ultra rapide.

Malgré l’augmentation des ventes, l’entreprise a enregistré des bénéfices négatifs ces dernières années dus aux coûts opérationnels croissants. En effet, Coupang mise sur un service client personnalisé et une livraison express. Mais cela ne décourage pas le PDG qui dit « investir dans l’expérience du consommateur » avec une vue sur le long terme.

UN CANAL DE DISTRIBUTION COMPLEMENTAIRE STRATEGIQUE

Les grands magasins tels que Shilla, Hyundai et Lotte qui proposent des produits de luxe duty-free, sont présents sur trois canaux de distribution : les magasins, les zones duty-free dans les aéroports et leurs sites internet. Ils attirent les consommateurs sur leurs plateformes en ligne grâce à des coupons que les clients obtiennent à la suite d’un achat en magasin. Leurs achats en ligne leur permettront ensuite d’obtenir à nouveau des coupons à utiliser dans les magasins présents des aéroports. La synergie des différents canaux permet ainsi de fidéliser leurs consommateurs.

VOUS ÊTES INTERESSÉS PAR LE E-COMMERCE ET VOUS SOUHAITEZ AUGMENTER VOTRE VISIBILITÉ EN CORÉE ? CONTACTEZ NOUS : CONTACT@DAREASIA.COM