Les sud-coréens passent en moyenne quatre heures et quarante-sept minutes sur internet par jour. Quant à leurs activités préférées, 87,5% disent regarder des vidéos et 73,9% écoutent de la musique. La population la plus connectée au monde a une préférence pour le streaming de contenus en ligne non téléchargés. Le marché a une décennie d’avance comparé à l’occident où émergent Spotify et Netflix.

LE STREAMING MUSICAL

L’industrie musicale coréenne connaît la digitalisation de son marché la plus rapide au monde. Dès 2007, le marché digital avait dépassé celui des CDs. Téléchargeant très peu, la majeure partie des revenus du marché est généré par le streaming, représentant environ 272 millions de dollars en 2017. La croissance du marché est constante et devrait atteindre les 380 millions de dollars en 2022.

Concernant les plateformes de streaming, Spotify et Apple Music sont inexistants sur le marché coréen. La première plateforme, MelOn, a été lancée en 2004 par le leader de la téléphonie mobile SK Telecom. Elle a ensuite été rachetée par le groupe Kakao en 2016 pour la somme de 1,6 milliards de dollars. Il existe de nombreuses autres plateformes telles que Genie, Bugs ou encore Soribada qui se disputent le marché.

Malgré tout, la plateforme préférée des coréens pour écouter de la musique reste la plateforme gratuite américaine, Youtube.

En 2016, 41% de la population coréenne était abonnée à un service de streaming musical payant (donc hors Youtube). Un pourcentage qui ne cesse d’augmenter au fil des années, boosté par la culture du streaming des fans de K-Pop. En effet, certains fans n’hésitent pas à payer pour plusieurs comptes et laisser tourner des playlists 24/24h afin de faire monter leur groupe ou artiste dans le classement. Les plateformes établissent un classement en temps réel par heure, par jour, par semaine, par mois…  qui rapportent des points aux chanteurs. Ces points leur permettent de gagner des récompenses aux cérémonies organisées par les plateformes, mais également de gagner en visibilité chez les non-fans qui vont se renseigner sur les chansons du moment en regardant généralement le top 10.

En conséquence, il n’est pas rare de retrouver un même groupe occupant les têtes de classement en temps réel, notamment la nuit quand personne n’écoute de musique. De nombreuses personnes se plaignent de ces classements qui sont non représentatifs de la popularité réelle des chansons.

LE STREAMING DE VIDEOS EN LIVE

Des plateformes comme AfreecaTV, Twitch ou YouTube hébergent des vidéos lives, permettant aux animateurs, appelés BJ (Broadcast Jockey), de communiquer directement avec les personnes qui regardent la vidéo.

  • Les « mukbangs » : Ce type de chaîne dont on a beaucoup entendu parler ces dernières années, présente des personnes ingurgitant des quantités phénoménales de nourriture. Certaines personnes n’aiment pas manger seules et apprécient la compagnie des BJs à travers leurs écrans pour les accompagner. Les BJs les plus populaires gagnent jusqu’à $10 000 par mois, sans compter les sponsors de boissons et de nourriture.

  • Les chaînes de gaming : Ce n’est pas pour rien que la Corée du Sud est surnommée la capitale de l’e-sport. On estime 25,3 millions de joueurs dans le pays en 2016. Les chaînes de gaming sont tenues par des joueurs qui peuvent être professionnels ou amateurs.
  • Les chaînes de vlog : Les BJs vont réagir à certaines questions d’actualité, vloguer sur leur vie quotidienne, sur un lieu spécifique, à l’étranger, etc.
  • Les chaînes de cours / tutoriels : Les BJs sont des professeurs qui vont enseigner le chant, l’anglais, les mathématiques, etc. aux personnes regardant les vidéos. Quant aux tutoriels, les BJs, hommes ou femmes, font des vidéos sur le maquillage, la coiffure, la couture, etc…

Sur AfreecaTV, les BJs sont rémunérés au nombre de vues mais également directement par des dons de la part des personnes qui regardent. En conséquence, de nombreuses coréennes essayent de demander des ballons, monnaie sur AfreecaTV échangeable en argent réel, en portant des tenues dénudées et effectuant des danses sexy.

Récemment, la popularité de AfreecaTV est en chute dû à la qualité médiocre des streams selon certains BJs. Ils préfèrent se diriger vers Youtube ou Twitch qui proposent une meilleure qualité. Le mouvement a commencé après que 대도서관, « Grande Librairie », un BJ en gaming ayant 113 millions de vues sur sa chaîne AfreecaTV, ait décidé de fermer sa chaîne pour se lancer sur YouTube. Il a rapidement récupéré ses followers qui l’ont suivi en atteignant 1 million d’abonnés en quelques jours.

LE STREAMING DE FILMS, SERIES ET EMISSIONS DE TELE

Les coréens sont des adeptes des vidéos à la demande. A défaut d’avoir un service de VOD proposé par leur fournisseur internet sur leur télévision, la plateforme de VOD TVing est valable sur tablette ou téléphone. Les replays de certains contenus sont gratuits, mais il faut en général verser une somme par vidéo regardée.

Netflix était relativement peu développé jusqu’en 2017 où ils ont produit le film Okja. L’entreprise américaine cible le marché  de la Corée du Sud en proposant plus de contenus coréens, dont des productions originales de Netflix. Récemment, la plateforme tente d’utiliser l’influence de Yoo Jae Suk, comédien le plus apprécié du public coréen. Yoo Jae Suk apparaît dans l’émission originale de Netflix « Busted ! » aux côtés d’autres personnalités populaires. Netflix espère convaincre le public coréen de suivre le comédien en s’abonnant à la plateforme.

 

VOUS ÊTES INTERESSES PAR LE MARCHE DE LA COREE ET VOUS SOUHAITEZ Y AUGMENTER VOTRE VISIBILITÉ ? CONTACTEZ NOUS : CONTACT@DAREASIA.COM